lundi 30 décembre 2013

Le cube magique et le T. rex qui vous suit du regard - une illusion d'optique en 3D !

En cette période de fêtes, je vous propose un peu d'amusement : réaliser une illusion d'optique en 3D en trois coups de ciseaux. Pour vous donner tout de suite une idée de ce qui vous attend, voici un petit gif et une vidéo:


Épatant non ? Cela fait une semaine que je bassine mon entourage avec. Pour en voir d'autres, lisez cet article sur le blog Strange Stuff and Funky Things. Le principe est assez connu (nous verrons comment cela marche un peu plus loin), il m'a d'ailleurs été rappelé pendant le réveillon de noël avec la bague d'un bouchon de champagne. Pour essayer, tenez la bague à l'envers, comme sur la photographie ci-dessous, et fermez un œil. Essayez d'imaginer le cercle du fond (en vert sur la photo de droite) en premier plan, et vous devriez être en mesure de réaliser ce petit tour.


Déplacez lentement la tête pour voir le bouchon pivoter dans votre main ! Voici ce que vous devriez voir :



La vidéo n'est pas top, passons à la suite ! Voici un patron de cube avec la jolie station spatiale internationale :
Découpez le, pliez suivant les lignes et collez la languette sous le carré nuageux, de façon à obtenir un demi cube où le carré nuageux est au fond. En gros, selon votre aptitude à manier une paire de ciseaux et un bâton de colle, vous devriez avoir quelque chose comme ça :

Maintenant, tenez le cube dans votre main de sorte que les trois faces soient visibles en gardant toujours la face nuageuse au fond. Fermez un œil pour induire votre cerveau en erreur. Ainsi handicapé, le voici devenu incapable de voir le monde en 3 dimensions, et nous allons pouvoir tricher sur la profondeur. Concentrez vous un peu et imaginez le carré nuageux en premier plan. Ça peut prendre un peu de temps la première fois. Voici ce que vous devez vous efforcer de voir : le même cube avec une perspective inversée. Le carré nuageux doit vous apparaître en premier plan.
Une fois parvenu à visualiser le cube de cette façon, déplacez lentement votre tête sans bouger la main : le cube semble bouger tout seul. En bougeant la main, c'est le cube qui semble flotter ! Stupéfiant, rocambolesque ! Je m'enflamme un peu.

Bon alors, comment ça marche ? Tout est une question d’interprétation. Votre cerveau a ses habitudes. Spontanément, lorsqu'il est confronté à l'image d'un cube, il a tendance à l'imaginer comme on le voit dans l'illustration ci-dessous à gauche (le contour bleu étant plus proche de vous). Pour le visualiser vu du dessous, comme dans l'illustration de droite, il faut sérieusement se concentrer ! C'est la célèbre illusion du cube de Necker, du nom du cristallographe suisse qui publia le premier à ce sujet en 1832. C'est un dessin ambigu où deux interprétations sont possibles. La préférence du cerveau humain pour la version de gauche est en partie à l'origine de l'illusion que vous avez réalisée.

Pourquoi le cube semble-t-il bouger tout seul ? Fermer un œil prive votre cerveau du seul moyen qu'il a de voir en 3 dimensions ; c'est en effet le décalage entre les images vues par l’œil gauche et l’œil droit qui lui permet de recréer une image tridimensionnelle du monde. Comme on l'a vu, votre cerveau a décidé d’interpréter le cube comme si la face nuageuse était en premier plan, c'est à dire plus proche qu'elle n'est vraiment. Mais le cerveau sait aussi que plus un objet est proche, plus son déplacement doit induire un décalage important par rapport à l'arrière plan (un mur par exemple). Pour mieux comprendre, tenez vous devant un mur et portez votre index à quelques centimètres de votre œil, puis décalez le de quelques centimètres à droite. Appréciez alors la distance que la projection de votre doigt a parcouru sur le mur. Refaites l'expérience en tenant votre doigt plus loin, en le décalant de la même distance à droite. Dans le premier cas (en vert dans le schéma ci-dessous), le décalage sur le mur est très important. Dans le second cas (en orange sur le schéma ci-dessous), le décalage sur le mur est beaucoup moins marqué. Oui, c'est le théorème de Thalès, et notre cerveau s'en sert à chaque instant pour apprécier les distances :)

Revenons à l'illusion du cube : le cerveau visualise donc la face nuageuse plus proche qu'elle n'est, et son déplacement apparent par rapport à l'arrière plan est moins grand que prévu. Votre cerveau n'aime pas trop ça, il va essayer de donner un sens à une situation anormale, quitte à tricher un peu. Pour rester cohérent, le cerveau décide tout simplement que c'est le cube lui même qui change d'orientation ! Voici comment votre cerveau analyse et transforme la réalité :
Explication de l'illusion du cube en 3D et de l'illusion du dragon qui vous suit du regard
Les traits rouges, violets ,verts et bleus montrent les trajets des rayons lumineux issus du cube et interceptés par votre œil. Dans la situation 1, votre cerveau s'imagine qu'il voit l'avant du cube (les traits rouges) alors qu'il regarde le fond (les traits violets). La situation 2 est la même, après un déplacement de votre œil vers la droite. Pour concilier son interprétation avec les lois de la perspective, votre cerveau choisit de considérer que le cube a pivoté sur lui-même :
Explication de l'illusion du cube en 3D et de l'illusion du dragon qui vous suit du regard
Avec cette interprétation, tout rentre dans l'ordre : le fond du cube peut devenir la face avant et les déplacements apparents par rapport à l'arrière plan sont cohérents. Un déplacement de la tête vers la droite entraine donc une rotation du cube. Bien sûr, cela marche dans les trois dimensions : quelque soit la direction dans laquelle votre œil se déplace, le cube pivote de façon à respecter les conditions décrites précédemment et toujours présenter la face que l'on imagine plus proche que dans la réalité. Dans l'illusion du dragon qui vous suit du regard (voir ci-dessous), c'est le même principe : les yeux du dragons sont localisés sur la partie correspondant au fond du cube, alors que nous les imaginons en premier plan.  Quand on y pense, c'est un peu effrayant : le cerveau est tellement sûr de son coup qu'il n'hésite pas à tricher avec la réalité pour ne pas être pris en défaut..

Vous pouvez bien sûr réaliser votre propre cube, voici le patron. J’essaierai de rajouter un jour d'autres modèles !
 

Le tyrannosaure qui vous suit du regard

En exploitant exactement le même effet, vous pouvez réaliser l'illusion ci-dessous :


Cette vidéo est issue de la chaine youtube de Brusspup, qui regroupe des dizaines de vidéos époustouflantes sur le thème des illusions d'optique. Cliquez sur les liens ci-après pour télécharger les patrons des modèles rouge, bleu et vert.


Les patrons des T. rex magiques ! Crédits : Brusspup
Si vous habitez près de Paris, la Cité des Sciences propose une exposition permanente dédiée aux illusions d'optique. On peut y voir, entre autres, un masque de figure humaine dont le relief est inversé. L'effet est saisissant : on a vraiment l'impression que le masque nous regarde avec insistance. 
L'illusion des masques à la Cité des Sciences et de l'Industrie. Crédits : K.Madjer

That's all folks. Vous trouverez également sur cette page un patron pour réaliser une carte d'anniv originale et un petit support pour ne pas avoir à la tenir. Joyeux noël en retard :)

jeudi 12 décembre 2013

A quand le premier virus informatique acoustique ?

Je sais qu'ils sont payés pour cela, mais quand même : où diable vont-ils pêcher toutes ces idées ? Après la démonstration du Stanford Security Laboratory sur la façon dont les capteurs peuvent servir à espionner, voire détourner nos téléphones portables, des experts en informatique de l’institut Fraunhofer FKIE ont mis au point un protocole de transmission acoustique : des ordinateurs, pourvus qu'ils soient assez proches les uns des autres, peuvent communiquer via leurs haut-parleurs et microphones, à des fréquences inaudibles pour l'Homme, sans que cette activité ne soit détectée par les moyens de protection classiques.

lundi 9 décembre 2013

Nouvelle catégorie : Photographie !

Allez hop, aujourd'hui, je m'offre le luxe d'une nouvelle rubrique sur mon blog, dans la catégorie perso. Je vous ai déjà gratinés avec des strips débiles, de la peinture flippante, des dessins variés, des poèmes naïfs, des films en stop-motion ou encore un petit conte pour enfant. Je rajoute aujourd'hui la photographie, en commençant avec une petite série de ciels nuageux. J'ai en effet la chance de travailler chez moi la plupart du temps, et de pouvoir prendre quelques photos lorsque le temps s'y prête.  Cliquez ici pour voir ma sélection de ciels nuageux vus par la fenêtre, avec une petite description. Je sais que je ne suis pas le seul à avoir une passion avouée pour ce type de scènes, si vous voulez contribuer à cette page, n'hésitez pas à m'envoyer vos œuvres !
http://sweetrandomscience.blogspot.fr/p/photographie.html

Articles connexes : La trilogie météorologique. Episode 1 : la tête dans les nuages.

jeudi 5 décembre 2013

L'énigme des ratons laveur et les réponses du concours "Comment j'ai détesté les Maths"

Mercredi dernier,  à l'occasion de la sortie en salles du film "Comment j'ai détesté les maths", j'avais organisé un petit concours : il s'agissait de répondre à deux petites questions autour du film et de résoudre une énigme impliquant des ratons laveur. Celle-ci s'est révélée plus ardue que je ne le pensais ; félicitations aux lecteurs qui ont trouvé la bonne réponse et qui ont parfois même pris le temps d'exposer leur raisonnement ! Sans plus tarder, voici les réponses aux trois questions. Merci à tous les participants, les gagnants seront contactés par e-mail aujourd'hui et devraient recevoir leur sac rapidement !

mercredi 4 décembre 2013

La physique de la réfraction expliquée en stop-motion

Un tout petit article ce soir pour plébisciter un joli travail d'animation. La vidéo ci-dessous, réalisée en stop-motion, est l’œuvre de Thibaut Jonckheere. Dans ce premier épisode, le professeur Saitou explique comment la réfraction de la lumière peut nous jouer des tours.


La physique du Professeur Saitou 1. Le bâton brisé from Thibaut Jonckheere on Vimeo.
 Crédits : Aide au modelage : Claire Wahl, Musique : Philippe Jonckheere

mercredi 27 novembre 2013

Concours "Comment j'ai détesté les maths" : gagnez 15 tote bags du film !

Aujourd'hui, à l'occasion de la sortie du film "Comment j'ai détesté les maths" d'Olivier Peyon (réalisé en coproduction par Arte et Haut et Court Distribution), je vous propose de gagner 15 tote bags du film en répondant à trois petites questions très simples ! Le concours étant terminé, je vous invite à consulter les réponses aux questions ou à regarder la bande-annonce du film !

lundi 18 novembre 2013

La météo du système solaire. Épisode 1 : Mercure, Vénus et Mars

Aujourd'hui, il fait -29° C à Oïmiakon en Sibérie et 38°C à Niamey au Niger. L'hiver arrive en France et les cyclones font des ravages en Asie. Pour relativiser un peu, je vous propose de faire un petit tour des conditions climatiques dans le système solaire, en commençant aujourd'hui par les trois planètes telluriques : Mercure, Vénus et Mars. Préparez la crème solaire indice 1 million, les doudounes hyperpolaires et les parapluies-d'acide-sulfurique.

vendredi 1 novembre 2013

La science en réseaux : des projets participatifs (et un peu d'espionnage) sur votre ordinateur ou votre smartphone

Depuis le lancement du projet SETI@home, qui permettait aux utilisateurs de débusquer d'éventuels traces de vie extraterrestre, les projets scientifiques en réseaux connaissent un essor croissant. Aujourd'hui, en laissant tourner son ordi pendant la pause déj, on peut participer à la recherche sur le paludisme, celle des nombres premiers, simuler le repliement d'une protéine ou le stockage de déchets radioactifs. On peut même contribuer à la lutte contre le cancer en jouant à un jeu vidéo ! Les terminaux mobiles comme les téléphones ou les tablettes, bourrés de capteurs, permettent aussi de constituer d'immenses réseaux de surveillance de phénomènes physiques à grande échelle. Hélas, se profile aussi l'inquiétude d'une surveillance systématique et globalisée. Découvrez comment votre portable peut aider à cartographier les séismes ou se transformer en mouchard infaillible !

lundi 7 octobre 2013

Comment faire un bon film de Science-Fiction ?

A quand remonte le dernier BON film de science-fiction ? Cet été, après m'être coltiné dans l'avion Oblivion et Star Trek Into Darkness, j'ai entrepris (LOL !) de me rappeler mes bonnes expériences de SF. Résultat : sur les dix derniers films du genre que j'ai eu l'occasion de voir, aucun ne m'a laissé un bon souvenir. Cloud Atlas s'est révélé être une superposition de mauvais films et certains blockbusters, comme Prometheus ont provoqué un ulcère. Pourquoi ?

mercredi 25 septembre 2013

Beautiful Science #1 Un voyage initiatique en 50 images scientifiques extraordinaires


Pour une rentrée tout en douceur, je vous propose une petite sélection de 50 images scientifiques extraordinaires, accompagnées d'un petit descriptif. Difficile de se limiter à cinquante images d'ailleurs, je pourrais passer des journées entières à admirer ces photos de plancton et de planètes. De l'infiniment petit à l'infiniment grand, ces images exhibent souvent des motifs étonnamment similaires ; il est parfois impossible de dire si l'on est en train de regarder l'embouchure d'un fleuve depuis un satellite géostationnaire ou les embranchements dendritiques d'une colonie de bactéries dans un microscope. Ce petit billet illustré est conçu comme une petite promenade dans une forêt d'images dans laquelle il fait bon se perdre. Bonne balade !

lundi 16 septembre 2013

Rediffusion de l'été. Les lumières de la mer : la féerie de la bioluminescence

Avant que la pluie ne chasse inexorablement l'été et les feuilles mortes, voici la troisième et dernière rediffusion de l'été. Un article court et un sujet léger : la bioluminescence chez les organismes marins.
Baudroie abyssale dans le film Finding Nemo, Disney (c).
Que ce soit dans les profondeurs abyssales ou plus près de la surface, on trouve dans les océans toutes sortes d'étranges créatures capables de produire de la lumière. On pense naturellement à certains animaux emblématiques comme la baudroie abyssale, rendue encore plus célèbre par le film Finding Nemo. Son appendice lumineux lui permet d'attirer les poissons vers sa gueule monstrueuse. Mais il existe une quantité phénoménale d'animaux marins qui utilisent la bioluminescence. Certaines espèces de cténophores par exemple, sont aussi très impressionnantes. Ces organismes marins de quelques centimètres et quasiment transparents produisent des lumières féeriques. Une première vidéo pour vous mettre dans l'ambiance :

lundi 19 août 2013

Rediffusion de l'été : Théorie du Ghetto - le modèle de la ségrégation

 La dynamique de la ségrégation

Prix du m² à Paris
Comment modéliser la ségrégation au niveau urbain ? Comme toujours, les scientifiques sont obligés de simplifier la réalité pour l'étudier. Prenons l'exemple de Paris et de sa banlieue. A quel moment intervient la ségrégation ? Très tôt : les beaux quartiers historiques, attractifs d'un point de vue géographique, esthétique et économique, sont habités par les personnes aisées, en général d'origine française. Elles ne tiennent pas beaucoup à encourager la mixité (sociale, "raciale", etc.), au point qu'elles préfèrent payer des amendes plutôt que de construire des logements sociaux. Ce faisant, elles contribuent à faire grimper les prix du m² et les personnes à faibles revenus (parmi lesquelles on compte beaucoup d'immigrés) se retrouvent cantonnées dans des quartiers peu attractifs, moins bien desservis par les transports et plus éloignés des centres économiques et culturels. Les commerces et services s'implanteront préférentiellement dans des quartiers attractifs et dynamiques, renforçant ainsi les disparités géographiques et pérennisant le statut attractif ou non du quartier.

lundi 12 août 2013

Rediffusion de l'été : Mini-dossier - Intelligences animales

L'article suivant est construit comme un mini-dossier ; un petit tour d'horizon, très succinct et absolument non exhaustif, de l'intelligence animale. Je le mets régulièrement à jour, raison pour laquelle il se trouve être aujourd'hui le premier candidat à la rediffusion.


En deux siècles, les avancées scientifiques ont bouleversé notre vision de l’intelligence animale. Loin d’être les animaux-machines décrits par Descartes, les animaux font preuve de comportements parfois très complexes et possèdent des capacités cognitives longtemps considérées comme le propre de l’Homme : la conscience, la culture ou la faculté à ressentir des émotions. Que savons-nous aujourd'hui de l'intelligence animale ? Quelles formes prend la cognition animale et comment est-elle étudiée ? Quelles sont les implications pour l’Homme et son rapport aux autres animaux ?

mercredi 31 juillet 2013

La trilogie météorologique. Épisode 2 : de l'électricité dans l'air

Il y a quelques temps, alors que le temps tournait subitement au soleil radieux, j'avais entamé cette trilogie en parlant de nuages extraordinaires. Trois semaines plus tard, après une période orageuse, ce second épisode est justement consacré aux phénomènes lumineux et électriques insolites. Au menu du jour : Feu de Saint-Elme, farfadets, foudre en boule, éclairs volcaniques et autres bizarreries !  

mardi 23 juillet 2013

Comment les téléphones portables et tablettes savent-ils dans quel sens on les tient ?

Je prends enfin le temps de répondre à cette question un peu technique ! De nombreux appareils intègrent aujourd'hui des capteurs pour recueillir des informations sur leur orientation. Ces dispositifs facilitent grandement l'utilisation des téléphones, des tablettes et de certains appareils photos numériques en permettant par exemple le basculement de l'affichage ; pratique pour jouer à Candy Crush dans le bon sens. Ils sont également à la base de la technologie de détection des mouvements dans les wiimotes et autres interfaces de jeu. Pour cela, les appareils embarquent des dispositifs ultra-miniaturisés et super précis : un accéléromètre, un gyroscope ou parfois même les deux ! Voyons comment tout cela fonctionne :

mardi 16 juillet 2013

Une expérience à deux euros sur les fluides non-newtoniens rhéoépaississants. Et c'est cool !

Un fluide non-newtonien, crédits
Après une semaine d’expériences sur Kidi'Science, pour laquelle j'avais adapté mon billet "Comment mesurer la vitesse de la lumière avec du chocolat et un four micro-ondes", je vous propose aujourd'hui une toute petite expérience sur les fluides non-newtoniens rhéoépaississants. Si cette appellation barbare ne vous parait pas excitante, c'est que vous n'avez pas lu ce billet sur Strange Stuff and Funky Things qui montre, entre autres, comment on peut marcher sur un liquide ! Voici deux petites vidéos de démo :

samedi 6 juillet 2013

La trilogie météorologique. Episode 1 : la tête dans les nuages

La météo de ce début d'année vous a plu ? Vous en redemandez encore ? Alors, en attendant de faire un billet sur la fiabilité et l'optimisme des prédictions météo en France, je vous propose aujourd'hui un petit article sur les nuages. Voici une sélection de spécimens qui ont titillé l'imagination des taxinomistes brumeux.

mercredi 3 juillet 2013

samedi 29 juin 2013

Après les Google Glass, des Google Lens et un peu de Science Fiction

Schéma du mélange déposé sur la lentille : une couche de graphène, des nanofils d’argent, une autre couche de graphène et la LED © Ulsan National Institute of Science and Technology
Vous trouvez les Google Glass trop encombrantes ? Faites confiance à la technologie : un jour pas trop lointain, ces lourdes lunettes bardées de technologie qui augmentent la réalité en superposant à votre vision différents éléments informatifs (météo, itinéraires, indications de prix etc.) tiendront sur une lentille toute bête. 

Une équipe de chercheurs coréens a récemment réalisé une prouesse époustouflante : intégrer un écran LED sur une lentille de contact ordinaire, sans affecter ses autres propriétés : la transparence et la souplesse sont conservées. Testé sur des lapins, ce premier prototype de lentille à affichage a été très bien toléré. Il reste à trouver une solution pour l'alimentation et à développer la résolution : pour l'instant, la lentille ne comporte qu'un pixel ! Je suis néanmoins convaincu que cette solution sera fonctionnelle assez rapidement et que les Google Lens nous pendent au nez. Pour en savoir plus, vous pouvez lire cet article. De mon côté, je vous propose le début d'une petite nouvelle de science-fiction, au sujet de ces lentilles intelligentes, qui traine dans mes tiroirs virtuels depuis un bon moment.

jeudi 27 juin 2013

Comment se forment les planètes ?

Aujourd'hui, exceptionnellement, j’adapte ici un petit article que l'on peut retrouver sur le site Kidi'Science. Je réponds à la question de Solenn, 5 et demi (ou peut-être 6 ans maintenant), "Comment se forment les planètes ?". Les illustrations sont signées Léely à qui l'on doit, entre autres, la chouette bannière de Kidi'Science.
Le système solaire vu par Léely, illustratrice

mardi 18 juin 2013

Pourquoi je kiffe la science.

Pourquoi je kiffe la science
Ceci est ma contribution tardive à la chaîne de billets initiée par Sirtin dans laquelle les blogueurs du café des sciences ont répondu à la question "pourquoi je kiffe la science". Je n'étais pas spécialement convaincu au départ, en partie parce que je pensais que c'était une initiative tournée vers l'auteur, qui n'intéresserait pas forcement les lecteurs : à tous les coups, répondre à cette question revenait à raconter un peu sa vie. J'imagine que ma réticence était aussi due à une certaine réserve lorsqu'il s'agit de parler un peu de soi. Et puis, comme d'autres, je ne suis pas fan du mot "kiffer", alors qu'écrire "putain truc de ouf" me dérange moins. Bon, quoiqu'il en soit, j'ai aimé lire les billets de la série et je me suis lancé. Je vous invite donc à lire la suite ou à reposer vos yeux, en écoutant la version audio ci-dessous, très aimablement réalisée par Alan de Podcast Science.

mercredi 12 juin 2013

L'invasion des cigales, les nombres premiers et l'U.S Navy

Après la physique des manchots, un court article sur les cigales. Comme vous le savez sans doute, la partie est des États-Unis fait face à une invasion massive de cigales cette année. Les spécialistes s'attendent à un déferlement gigantesque de Magicicada septendecim : entre 30 et 100 milliards de cigales, dont un milliard dans la ville de New-York seulement. Une invasion spectaculaire mais inoffensive, si on exclue les nuisances sonores : le chant d'une cigale peut atteindre 100 décibels, soit l'équivalent du bruit de la circulation intense sur les avenues de la mégapole ! A la fin du printemps, surgissant de la terre où elles étaient restées blotties pendant 17 ans, elles vivront 6 semaines intenses avant de passer le témoin génétique à une autre génération. En raison de leur cycle de vie particulier, elles sont aussi appelées "cigales périodiques". Le magnifique petit film ci-dessous, réalisé par Samuel Orr, illustre ce cycle fascinant (faites un tour sur sa page pour découvrir et soutenir son projet de documentaire).

lundi 3 juin 2013

10 histoires de zombies, le parasite parasité et une mine d'or pour le Tibet

Plus populaires que jamais dans les films et les séries, les zombies ont également envahi le terrain scientifique (sauf à parler de sexe, je n'aurais pas pu trouver titre plus racoleur) ! Fourmis transformées en zombies par des champignons, escargots possédés se sacrifiant aux oiseaux, sauterelles poussées au suicide.. On découvre régulièrement de nouveaux cas spectaculaires et mystérieux de zombification naturelle ! Si le phénomène original semble avoir trouvé une explication chez l'Homme, les mécanismes qui permettent à certains parasites de prendre le contrôle de leurs hôtes ne sont pas encore très bien compris. Voici un tour d'horizon de ces bizarreries de la nature en dix exemples appétissants. Découvrez aussi, à la fin de l'article, comment le parasite Cordyceps a fait la fortune de quelques paysans tibétains !
Une tarentule victime du champignon Cordyceps

lundi 27 mai 2013

Physique des manchots : gouttes, ondes et comment chiper de la chaleur au froid.

La semaine dernière, dans l'article Molécules, manchots et tension superficielle", j'avais comparé le comportement des molécules dans une goutte à celui d'une bande de manchots regroupés pour se protéger du froid. A la fin de l'article, je tentai un parallèle entre les mouvements circulaires dans une goutte de pluie en train de tomber et un groupe de manchots se déplaçant sous l'effet du vent. Mais ce n'est pas la seule curiosité physique des manchots ; de l'évolution du groupe aux pertes de chaleur en passant par les ondes, voici trois petits points insolites de la physique des manchots.

mardi 21 mai 2013

Pourquoi les gouttes sont-elles sphériques ? Molécules, manchots et tension superficielle

L'astronaute Leroy Chiao et une bulle d'eau, NASA
Aujourd'hui, je vais essayer d'expliquer pourquoi les gouttes d'eau sont sphériques en parlant de tension superficielle et de manchots. On parlera aussi de la forme des gouttes de pluie et de leur déformation pendant la chute. Pour commencer, et si vous n'avez jamais vu un liquide en apesanteur, regardez tout d'abord la vidéo ci-dessous : une jolie expérience réalisée à bord de l'ISS. Je pars du principe que vous savez déjà à quoi ressemble un manchot :)

vendredi 17 mai 2013

Happy Birthday Sweet Random Science !

Ma première carte d'anniversaire
Sweet Random Science fête sa première année d'existence ! Il y a un an et un jour, je postai fébrilement mon premier post, sur mon thème de prédilection : l'art et la science.  

Van Gogh et l'hydrodynamique: la circulation des courants et des cyclones. 

Du haut de mes un an, les premiers articles me semblent un peu naïfs et plutôt pourris (il faudrait faire un peu de ménage), mais j'ai l'impression d'avoir réussi à améliorer certains aspects en cours de route. J'essaie par exemple de faire des articles moins scolaires et plus personnels.

En Octobre 2012, j'ai rejoint le c@fé des Sciences, une plate-forme de blogs scientifiques en français (que du bon!). Faire partie d'une communauté aussi accueillante et dynamique m'a apporté beaucoup. Auprès d'elle, j'ai trouvé des modèles, des exemples à suivre mais aussi des collègues ou des complices avec qui je peux échanger. Lorsque je découvre un truc tellement cool qu'il faut absolument en faire un billet sur le champs, mon premier réflexe consiste à aller faire un tour sur Strange Stuff And Funky Things. Neuf fois dix, le vieux grigou du bizarre, Taupo, en a déjà parlé. Sur le c@fé, je pioche également ma dose quotidienne de sciences, moi qui n'ai jamais terminé ma thèse de physique.

mardi 14 mai 2013

TIME-LAPSE : une sélection de vidéos scientifiques en accéléré

crédits: Kenneth G. Libbrecht
En début d'année, j'avais concocté une petite sélection de vidéos scientifiques en slow-motion, une technique permettant de filmer en utilisant des milliers (ou des millions) d'images par seconde. On peut ainsi décomposer une action extrêmement rapide en visionnant le film au ralenti. L'effet est saisissant ! Dans le même esprit, je propose aujourd'hui une sélection de vidéos en time-lapse : des films bricolés en mettant bout à bout des photographies prises à un intervalle régulier. Une technique parfaite pour montrer cette fois des événements beaucoup plus longs ou des transformations quasiment imperceptibles sur de courtes durées. Découvrez la croissance d'un flocon de neige, la trajectoire d'un ouragan ou la division cellulaire en time-lapse !

jeudi 9 mai 2013

B.D : Comment marchent les stylos frictions ?

C'est une grande première sur Kidi'Science : un article écrit par des lycéens. M. Dumarty et Guillaume Chambon, élèves de 1ère S au lycée Rosa Parks (Neuville-Sur-Saône), ont respectivement réalisé le texte et la vidéo. Je vous invite à découvrir le résultat en lisant "Comment marchent les stylos frictions ?". Quant à moi, pour l'occasion, j'ai réalisé une petite B.D :



N'hésitez pas à nous contacter sur Kidi'Science pour contribuer vous aussi !

Retrouvez mes autres dessins/strips de science ici :)

samedi 4 mai 2013

L'araignée qui construisait des répliques géantes et le papillon déguisé en araignée

Un tout petit article ce soir ! En relisant un billet sur l'art de leurrer, sur le passionnant blog Strange Stuff and Funky Things, je me suis souvenu que j'avais prévu de parler d'une ou deux bizarreries dans la même veine : une araignée qui construit des répliques d'elle même et un papillon de nuit camouflé en araignée !

mercredi 1 mai 2013

Pourquoi oppose t-on la science à la philosophie ? Matérialisme, bonheur et condition animale.

Aujourd'hui, c'est science et philosophie !

Le cratère lunaire de Platon : une illustration à propos
Au lycée, je me souviens avoir attendu avec impatience le début des cours de philosophie. On nous les avait vendus comme une formidable occasion d'explorer le monde : nous allions complètement changer de perspective. La philosophie allait nous froisser le cortex et son approche nécessitait un ciboulot mûr à point ; il n'était même pas envisageable de l'enseigner à des élèves de Première. Il fallait donc attendre la dernière année, la classe de Terminale, pour pouvoir espérer apprendre à penser.

Notre professeure, dont je ne mentionne pas le nom simplement parce que je l'ai oublié, nous demanda d'acheter La République de Platon. Elle s'empressa d'ajouter : "Évidemment, personne ne va le lire". Il faut dire que j'étais en classe scientifique et qu'elle partait du principe que nous n'en avions rien à foutre. Elle n'était manifestement pas la seule à le penser, car elle ne fut jamais remplacée pendant ses trois mois de congés maladie. Toujours est-il qu'elle avait décidé d'emblée que la science et la philosophie étaient de farouches ennemies et son cours consistait justement à le démontrer, en nous bassinant avec les exemples les plus stéréotypés tirés des classiques de l'enseignement moderne de la philosophie. Elle tenait la République comme Christine Boutin brandit la bible et au bout de quelques semaines, nous avions tous acquis la conviction que l'enseignement de la philosophie, au Lycée du moins, consistait à nous appendre à ne pas penser.

dimanche 28 avril 2013

La chimiothérapie fonctionne t-elle sur les cancers à évolution lente ?

Un petit billet aujourd'hui, pour répondre à la question suivante : "Ma fille est atteinte d'un cancer qui au dire des médecins n'évolue pas vite, hors là, de ce que j'ai compris la chimiothérapie marche sur les cellules qui se divisent. Est-ce à dire que cela ne va pas fonctionner ?"

mercredi 24 avril 2013

Le modèle cosmologique remis en question par la mission Planck ?

Le mois dernier, j'ai eu la chance d'assister à la conférence de presse de l'ESA (Agence Spatiale Européenne) pendant laquelle les scientifiques qui ont travaillé sur la mission Planck ont dévoilé les résultats de quatre années de travail et d’observation. Le site Science étonnante a publié ce superbe article où l'on peut apprendre presque tout ce qu'il y a à savoir sur le sujet. J'ai donc rédigé celui-ci comme un article complémentaire ; je parlerai bien sûr du rayonnement fossile, mais je commencerai par expliquer comment on met au point un modèle physique, de façon générale. Je poursuivrai en parlant du modèle cosmologique standard et de sa possible remise en question par les résultats intrigants de la mission Planck
Le fond cosmologique diffus vu par Planck. Crédits : ESA and the Planck Collaboration

jeudi 18 avril 2013

Art et Sciences # 2 : éclairs musicaux, tentacules spectaculaires et hip-hop & chromatophores !


Suite du ménage printanier sur Sweet Random Science, entamé dans l'article Art et Sciences : ferrofluides, sculptures cinétiques et réalité augmentée. Aujourd'hui, c'est en musique que je vous propose de (re)découvrir comment l'art et la science se mêlent, avec le Tesla Coil Sound System, un instrument électrique spectaculaire qui permet de faire de la musique avec des éclairs, un clip vidéo tentaculaire et une chorégraphie de chromatophores sur un morceau de hip hop.

mercredi 17 avril 2013

De nouveaux supers articles scientifiques pour les enfants, petits et grands : la revue de presse de Kidi' science

J'ai honte, cela fait trois semaines que je n'ai pas parlé de Kidi'science ! Et pendant ce temps, de superbes articles illustrés nous passent sous le nez ! Voici donc une petite sélection qui devrait plaire à tout le monde :)
Pourquoi est-on malade en voiture ?

jeudi 11 avril 2013

Comment marche un laser ?

Voilà une question que l'on me pose souvent! La plupart des gens pense probablement que le laser n'est qu'une sorte de torche dont le faisceau est très fin et très puissant. Et ils n'ont pas tort. La grande, l'énorme différence avec la simple lampe torche, c'est la technologie et le travail théorique qui ont rendu possible cette formidable invention.

On peut déjà se faire une petite idée lorsqu'on s'intéresse à ce que le mot LASER veut dire. Il s'agit d'un acronyme pour Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation. En français, "amplification de lumière par émission stimulée de rayonnement", ce qui sonne tout de suite un peu plus technique que "lampe de poche". Aujourd'hui, des caisses des supermarchés aux lecteurs blu-ray, en passant par les jouets pour chats, l'usage du laser s'est généralisé au point que l'on oublie souvent combien son invention a été laborieuse. Entre l'exposé du principe de l'émission stimulée par Einstein en 1917 et la réalisation du premier laser par le physicien américain Théodore Maiman en 1960, plus de 40 ans de développement auront été nécessaires. 

jeudi 4 avril 2013

10 fruits tropicaux mangés = 10 plantes tropicales à faire pousser !

Je ne sais pas s'il y a un nom pour cette manie : systématiquement recueillir les graines et les noyaux des fruits que l'on vient de manger pour tenter de faire pousser quelque chose. Je fais ça depuis que je suis tout petit, mais ces dernières années, je donne plutôt dans les fruits exotiques. L'hiver est la saison parfaite (oui, je sais, le printemps est sensé avoir pointé son nez frileux le mois dernier) : litchis, kiwis, mangues, papayes, dattes, fruits du dragon.. Les étales débordent de ces fruits multicolores au petit goût de paradis. Tout ça pour dire qu'aujourd'hui, on ne va pas faire d'équations ! Je vous propose plutôt de découvrir comment simplement transformer votre appartement de 30m² en jardin botanique tropical !

lundi 25 mars 2013

Le mystère de la maison hantée en Lozère expliqué par un sourcier ?

Vous avez sans doute lu dans la presse l'intrigante histoire de la maison hantée en Lozère : des ampoules qui éclatent, des meubles qui bougent, des objets projetés au sol, un chat et des oiseaux qui meurent.. Tout cela sans explication ! Pas de secousses sismiques, pas de nuage de gaz, pas d’effraction.. Il y avait de quoi laisser perplexes les plus cartésiens! Voici la photo reprise par presque tous les médias :
Des pièces dévastées par une mystérieuse force magnétique (PATRICK ZIMMERMANN / AFP)
Et puis, en ce début de semaine, on peut lire que le mystère est "résolu" ou "expliqué". C'est le maire du hameau, Michel Therond qui aurait apporté la solution, aidé en cela d'un architecte et d'un homme mystérieux dont le nom est soigneusement tu. Désigné tantôt comme un "spécialiste", tantôt comme un "expert" des "phénomènes électromagnétiques" et il aurait déjà élucidé des cas similaires. Après un  nouvel épisode d'esprits frappeurs le 18 mars, l’architecte note l'apparition de petites fissures sur les murs et le carrelage, ce qui semble indiquer une origine mécanique du phénomène. L'expert de Saint-Flour, comme on l'appelle dans les journaux, a quant a lui a mis en évidence "l'existence d'une faille tellurique passant sous la maison et l'habitation mitoyenne".

mardi 19 mars 2013

Pourquoi le verre est-il transparent ?

Aujourd'hui, j'essaie d'apporter une réponse à la question "Pourquoi une vitre est-elle transparente" ?

En voilà une question qu'elle est bonne ! Et la réponse est valable pour tous les matériaux transparents ! Une réponse brève tout d'abord : si la vitre est transparente, c'est parce qu'elle n'absorbe ni n'émet de lumière visible. Pour aller plus loin, il faut comprendre comment la lumière interagit avec la matière. Et pour cela, il va falloir parler de photons et d'électrons.

Matière VS Lumière